. .

 | 
 

 Terrorisme

         
Admin
Admin


: 639
: 27/03/2008

: Terrorisme    31, 2008 11:12 pm

Terrorisme




Le terrorisme dsigne les actions violentes (attentats, assassinats, enlvements, sabotages...) menes contre la population, de telle sorte que leur retentissement psychologique terreur et peur dpasse largement le cercle des victimes directes pour frapper l'opinion publique concerne.
Si un accord existe sur le concept, la dlimitation du phnomne terroriste reste complexe. La conceptualisation de la Terreur fut l'uvre de la Rvolution franaise mais a aussi t revendique par Lnine en Russie. Aujourd'hui le terme terrorisme est connot pjorativement. Ses diffrentes dfinitions mobilisent de nombreux enjeux voire les intrts de ceux qui entreprennent des actions qualifies de terroristes.
Il est gnralement admis que le terrorisme est une arme des faibles contre les forts (guerre asymtrique) mme si, comme le souligne Noam Chomsky, les tats et institutions ont aussi recours cette mthode (Terrorisme d'État). Si l'on suit Grard Chaliand, les actions de terrorisme se confondent parfois avec la guerre, la gurilla ou le banditisme.
Les tentatives pour laborer une typologie du recours au terrorisme butent sur l'htrognit des terroristes. Des classifications (action individuelle ou organise, type de doctrine, moralit du choix des cibles...) existent mais ne suffisent pas rendre compte du phnomne.
Le terrorisme a montr parfois qu'il pouvait parvenir ses fins, que ce soit dans le cadre de luttes anti-coloniales (Indpendance de l'Irlande) ou d'autres (mdiatisation de la cause de la Palestine aprs des annes d'attentats, ngociations en Corse aprs l'assassinat du prfet Érignac, nombreuses librations anticipes de prisonniers, versements des ranons demandes etc. ...).

Histoire du mot

Le mot terrorisme est attest pour la premire fois en novembre 1794, il dsigne alors la doctrine des partisans de la Terreur 1, de ceux qui, quelque temps auparavant, avaient exerc le pouvoir en menant une lutte intense et violent contre les contre-rvolutionnaires. Il s'agit alors d'un mode d'exercice du pouvoir, non d'un moyen d'action contre lui. Le mot a volu au cours du XIXe sicle pour dsigner non plus une action de l'État mais d'une action contre lui. Son emploi est attest dans un sens antigouvernemental en 1866 pour l'Irlande et en 1883 pour la Russie. Selon Bernard Huygue, l'attentat de la rue Saint-Nicaise en 1800, la machine infernale du boulevard du Temple en 1835, les complots de carbonari restent encore dans la tradition du tyrannicide ; le terrorisme au sens moderne nat avec les mdias modernes 2.
Il a acquis une connotation prjorative et dsigne aujourd'hui les actions violentes destines rpandre la terreur et ainsi faire pression sur un État. Elles visent souvent les populations civiles, afin de dtruire, tuer et de mutiler. Ces attaques ont pour but de promouvoir des messages caractre idologique, politique ou religieux par la peur et la publicit mdiatique.

Tentatives de dfinition

Le terme de terrorisme est aujourd'hui trs frquemment employ en droit international et par les institutions internationales, mais il ne donne pas lieu une dfinition unique et universelle.3
Certains lments semblent faire consensus, le philosophe Jacques Derrida crit ainsi : Si on se rfre aux dfinitions courantes ou explicitement lgales du terrorisme, quy trouve-t-on ? La rfrence un crime contre la vie humaine en violation des lois (nationales ou internationales) y implique la fois la distinction entre civil et militaire (les victimes du terrorisme sont supposes tre civiles) et une finalit politique (influencer ou changer la politique dun pays en terrorisant sa population civile) .4
Dans le cadre d'une guerre conventionnelle, il existe en effet un cadre juridique prcis, le droit de la guerre. Les actes violant le droit de la guerre sont alors qualifis de crimes de guerre. Les notions de terrorisme et d'acte terroriste servent donc qualifier des actes en dehors du cadre bien dfini de guerre conventionnelle et du droit de la guerre, mme si leur dfinition prcise n'est pas bien tablie d'un point de vue strictement juridique, ou plus exactement, mme si un usage peut en tre fait des fins d'intrts politiques.
Pourtant, mme une fois exclus les crimes de guerre, le terrorisme reste difficile dfinir avec une prcision satisfaisante. Une dfinition propose par le Groupe de personnalits de haut niveau et le Secrtaire gnral de l'ONU en 2004 est soutenue par la France, elle prcise : toute action [] qui a pour intention de causer la mort ou de graves blessures corporelles des civils ou des non-combattants, lorsque le but d'un tel acte est, de par sa nature ou son contexte, d'intimider une population, ou de forcer un gouvernement ou une organisation internationale prendre une quelconque mesure ou s'en abstenir .

Terrorisme et rsistance

On distingue gnralement terrorisme et rsistances sur des critres thiques, la rsistance devant servir, la diffrence du terrorisme, un objectif lgitime. Cette distinction est dveloppe par Maurice Duverger[rf. ncessaire], selon lui, la rsistance se revendique du droit l'autodtermination des peuples et sa rsistance l'oppression, tandis que le terrorisme relve du crime organis (??). La rsistance ou guerre de partisans est utilis comme un moyen de pression en vue de mettre fin une occupation ou a une soumission violente. On peut citer quelques exemples de guerre de partisans ou rsistance : les diffrents courants durant la Seconde Guerre mondiale comme les Francs-tireurs et partisans (FTP) qui se regrouperont pour former les Forces franaises de l'intrieur (FFI) que de Gaulle organise en un front uni de rsistance l'occupant nazi et la France de Vichy, la guerre d'Algrie comme une guerre d'indpendance contre la France qui connut en son sein des actes de terrorisme de la part de l'Organisation arme secrte[OAS], ou plus rcemment en Grande-Bretagne avec la lutte de l'Irlande du Nord.
Jacques Derrida encore rappelle de manire prcise que la dfinition du terrorisme dpend de la possibilit de distinguer diffrents types de guerres, d'actions armes et de combattants, conformment aux analyses de Carl Schmitt qui font rfrence en la matire]]. Il prcise :
Une lecture critique de Carl Schmitt, par exemple, serait fort utile [...] pour prendre en compte, aussi loin quil est possible, la diffrence entre la guerre classique (confrontation directe et dclare entre deux États ennemis, dans la grande tradition du droit europen), la guerre civile et la guerre des partisans (dans ses formes modernes, encore quelle apparaisse, Schmitt le reconnat, ds le dbut du XIXe sicle).
Il est parfois difficile de distinguer entre des actes de rsistance et des actes de terrorisme car les diffrents termes renvoient une forme de lgitimit suppose des objectifs politiques qui justifierait en partie les actes de violence commis. La perception de cette lgitimit varie largement selon les protagonistes et observateurs ce qui complique grandement l'tablissement d'une dfinition objective et accepte universellement de la notion de terrorisme. Un cas d'autant plus complexe qu'il fait partie de l'actualit est celui de l'Irak, o diverses tendances de l'Islam sont en guerre larve et certains groupuscules arms recourent des actes violents contre des civils irakiens ou trangers. Se considrant rsistants l'occupation de leur pays par les États-Unis d'Amrique les auteurs de ses actes prtendent trouver dans ce statut la justification de leurs actions. Si par contre on refuse d'accorder ce statut de rsistant, soit par dni de l'objectif politique (ne considrant pas que l'Irak soit occup) soit parce qu'on considre que la violence extrme utilise dpasse toute forme de justification, on parlera alors de ces actes de violence comme d'actes de terrorisme. Ainsi, l'appellation de terroriste sous-entend une complte illgitimit de ces actions alors que la dfinition de rsistant sous-entend une lgitimit rsister l'envahisseur. Cette ide serait plus intelligible dans la globalit de la relation entre "terrorisme et propagande".
On distingue aussi le terrorisme du tyrannicide, ce dernier sanctionnerait l'irrespect par le souverain des rgles auxquelles sa fonction le soumet, que ces rgles soient d'origine naturelle, traditionnelle ou autres, tandis que le terrorisme estime l'ordre en place et ses rgles iniques, et tend leur destruction.

Les diffrents types de terrorisme

Il existe trois grands types de terrorisme :
le terrorisme individuel, c'est dire qu'il est provoqu par des rebelles, des anarchistes, ou des nihilistes (admettant une libert morale)
le terrorisme organis, c'est dire qu'il est prolifer par des groupes pretendants des ideologies diffrentes (ex : extreme gauche, extrme droite, islamisme)
le terrorisme d'Etat


Le concept de terrorisme conomique est controvers et le plus souvent utilis de faon polmique ou dmagogique pour associer le terme terrorisme un pays, une entreprise ou un groupe accus de pratiques abusives.
Il est nanmoins galement utilis de faon plus strictement dfinie pour dsigner une tentative de dstabilisation conomique par un groupe. Plus prcisment, le Centre de politique de scurit de Genve a dfini en 2005 le terrorisme conomique de la faon suivante :
Contrairement la "guerre conomique", qui est mene par des États contre d'autres États, le "terrorisme conomique" serait men par des entits transnationales ou non-gouvernementales. Elle supposerait des actions varies, coordonnes et sophistiques, ou des actes massifs de dstabilisation pour dsorganiser la stabilit conomique et financire d'un État, d'un groupe d'États ou d'une socit (telle une socit occidentale l'conomie de march) pour des motifs idologiques ou religieux. Ces actions, si menes, pourraient tre violentes ou non. Elles pourraient avoir des effets immdiats ou infliger des effets psychologiques qui leur tour peuvent avoir des consquences conomiques.

Exemples de terrorisme

Terrorisme d'État
Terreur au cours de la Rvolution franaise : arrestation et suppression des suspects, massacres, censure, etc.
Tentative d'assassinat Rome du pape Jean-Paul II par Mehmet Ali Agca en 1981, dont il se peut qu'il ait t commandit par le KGB ou la CIA.
Dpts de mines dans les ports et organisation d'une lutte arme de para-militaires ("Contras") par les États-Unis au Nicaragua entre 1982 et 1988.
Les bombes poses par les Iraniens dans Paris en 1986 en reprsailles la livraison de missiles Exocet avec l'accord de Franois Mitterrand par la France au rgime de Saddam Hussein en Irak.
Destruction d'un avion de ligne Sud Coren par les services secret de la Core du Nord le 29 novembre 1987.
Le Rainbow Warrior, navire faisant route vers l'atoll de Moruroa pour protester contre les essais nuclaires franais, fut coul en Nouvelle-Zlande en 1985 par une opration des services secrets franais, ce qui dclencha l'affaire du mme nom.
Terrorisme politique
Attentats de la Cagoule en septembre 1937 Paris
Attentats et assassinats de la Fraction Arme Rouge en Allemagne....
Attentats et assassinats de ETA en Espagne
Attentats d'Action directe en France
Attentats des Brigades rouges en Italie
Attentat de la Piazza Fontana (dcembre 1969; mis sur le dos des Brigades Rouges, il s'agissait en fait d'un attentat false flag perptr par les rseaux Gladio dans le cadre de la stratgie de la tension; voir aussi l'attentat de Bologne de 1980)
Attentats des Cellules communistes combattantes en Belgique
Mitraillage l'aroport de Lod en Isral par trois terroristes de l'Arme Rouge Japonaise, le 30 mai 1972, faisant 26 morts et 76 blesss
Dtournement le 13 octobre 1977 d'un Boeing de la Lufthansa par Wadie Haddad, assaut russi du GSG-9 pour librer les otages
Mort de Alfred Herrhausen, prsident de la Deutsche Bank dans l'explosion de sa voiture le 30 novembre 1989 revendiqu par la Fraction Arme Rouge
Attentat et assassinat de Sheikh Ahmed Yassine en Palestine par l'tat d'Isral
Attentat et assassinat de Abdel Aziz Rantissi en Palestine par l'tat d'Isral
Attentat la voiture pige au Liban contre Rafiq Hariri en fvrier 2005
Dtournement du vol AF 8969 en provenance d'Alger, en dcembre 1994
Attentats du GIA en Algrie
Autres appellations
Al-Jama'a al-Islamiya al-Mousallah, Groupement Islamique Arm, Groupes Islamiques Arms
Attentat de Jamaa Islamiya Louxor en 1997, 62 morts
Attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center
Attentats Madrid du 11 mars 2004
Attentats du 23 juillet 2005 Charm el-Cheikh
Terrorisme composante confessionnelle
L'attentat de la rue des Rosiers Paris en 1982
La srie d'attentats contre La Dernire tentation du Christ, culminant avec l'incendie de l'Espace Saint Michel en 1988
L'attaque au gaz sarin dans le mtro de Tōkyō par la secte bouddhiste Aum Shinrikyo en 1995
Les attentats dans le mtro parisien en 1995 par les membres du Groupe islamique arm (GIA)
L'attentat contre la synagogue de Jerba en Tunisie en 2002
Attentat de Bali en Octobre 2002, on dnombre un peu plus de 200 morts
Attentats Casablanca du 16 mai 2003
Les attentats du 7 juillet 2005 Londres
Attentats du 1 octobre 2005 Bali, 26 morts
Terrorisme sparatiste ou d'indpendance
Assassinat de l'archiduc Franois-Ferdinand d'Autriche en 1914
Le 22 juillet 1946, attentat la bombe au Q.G anglais, install dans l'htel King David Jrusalem, perpetr par l'Irgoun de Menahem Begin et le Lehi
Violence politique sioniste
Les attentats des Tigres Tamouls au Sri Lanka
l'IRA, le sparatisme basque, corse, breton, au Cachemire, en Nouvelle Caldonie
L'enlvement et l'assassinat du ministre du Travail du Qubec Pierre Laporte, ainsi que l'enlvement du diplomate britannique, James Richard Cross par une cellule du Front de libration du Qubec (FLQ)
La prise d'otages l'opra de Moscou puis l'cole de Beslan par des terroristes tchtchne
Les attentats-suicides palestiniens en Isral depuis les accords d'Oslo jusqu' nos jours
    
    http://paix.firstgoo.com
 
Terrorisme
          
1 1

:
 ::  -